{200,90}
Creative Common By SA

La Créativité, notre bataille {id_article}

Article AGORA VOX
samedi 10 janvier 2015 par Matthieu GIROUX

Beaucoup de français ont un gros remord sur leur propre éducation. Beaucoup reprochent à l’éducation son manque de créativité, qui leur aurait permis une meilleure place. Ils sont ainsi devenus égoïstes et donc libéraux. Par contre ils ont pour beaucoup un ego sous-dimensionné, n’étant pas suffisamment créatifs eux-mêmes. Beaucoup de salariés ne savent pas pourquoi évoluer et reprochent cela au système éducatif.

Cependant une bonne partie de la population est créative. On y trouve des enseignants. Il y a aussi des salariés créant de nouveaux produits, ceci en méconnaissant totalement comment ils pourront vendre ce qu’ils auront créés. Ces personnes ont été suffisamment malines pour comprendre le fonctionnement du système éducatif. Elles veulent l’améliorer ou améliorer la société.

Les professeurs de français font souvent appel à la créativité de leurs élèves, sans cependant la favoriser. En effet il faudrait des classes de 15 élèves pour pouvoir faire cela. Ainsi il existe des professeurs ou instituteurs qui appliquent leur propre méthode favorisant la créativité. Ces professeurs n’ont non pas accès à une carrière car ils n’appliquent pas un programme décourageant. En plus ils travaillent beaucoup chez eux pour orienter leurs élèves.

Beaucoup de salariés souhaitent améliorer leur entreprise. L’aménagement du bien commun est une intuition chez les français. Les discussions portent souvent sur l’amélioration de l’entreprise. Les salariés utilisent pour cela leur créativité. Certains salariés veulent créer un produit ou un brevet. En 2014, la France est au troisième rang mondial du dépôt de brevets. Pour un petit pays c’est étonnant.

Ces personnes sont créatives. Elles cherchent à avoir une place dans la société et affrontent un système monétaire basé sur la rente, refoulant le progrès. Ainsi les enseignants allant contre le programme scolaire libéral vont être mis à l’écart. Ces créatifs cherchent en fait à faire avancer la société, car ils savent que développer l’autre permet de se développer soi. Ils trouvent leur bonheur en travaillant pour les autres.

Beaucoup de dirigeants redoutent ainsi leurs salariés. Eux n’ont fait que copier ce que proposait le programme éducatif. En effet il suffit de répondre correctement aux questions pour avoir son diplôme. Ce sont les élèves malins et dociles qui réussissent le mieux les études scolaires. Ainsi les dirigeants seront en fait des exécutants et ne connaîtront pas ce qui se fait de mieux en politique, car le système éducatif n’en parle pas. On n’étudie pas l’histoire économique des démocraties à l’école.

Il est effectivement difficile à un pays d’empire de se développer, car un empire fonctionne sur la rente. L’objectif d’un empire est de prendre aux autres, sans créer de nouvelles richesses.

Les créatifs viennent très souvent de ceux qui ont eu un problème difficile à résoudre. Cela leur a ouvert l’esprit. Ainsi ce seront souvent les minorités ou ceux qui ont réussi à résoudre de gros problèmes que l’empire jalousera. Cette population comprendra mieux les limites de la société.

Les dirigeants d’un empire auront donc envie de détruire cette créativité, les mettant en concurrence avec leur rente. Ils expliqueront à des personnes trop créatives que la créativité n’est pas utile, car le système économique monétaire ne favorise pas le développement. Un créatif est effectivement pour le développement de l’autre ou de son pays, car il pense à son bonheur et à celui des autres. Il sait que le bonheur des autres le lui permettra.

Ainsi est engagé en France et aux États-Unis une psychiatrisation de la société et une infantilisation de la population avec la surveillance généralisée. Un français sur trois a ainsi pris un anti-dépresseur, médicament pouvant lui-même rendre dépressif, car adapté aux dépressifs. Les anti-dépresseurs donnent envie de détruire l’autre ou soi, tout en permettant d’enlever des émotions malgré tout. Ils rendent celui qui l’utilise addicte au bout de trois mois. Il s’agit ensuite de jouer de la musique et d’écrire pour pouvoir s’en passer.

Beaucoup de français regardent avec effroi ou soulagement ce genre de capsule.

Ainsi la rente va favoriser l’égoïsme et la destruction. Seulement, il se peut que la majorité de la population demande à avoir accès au développement proposé par une petite partie de la population. Les créatifs ne demandent qu’à développer l’autre. Si la population demande son développement et le progrès permis par l’économie de travail, elle peut renverser la tendance. Elle pourraît devenir elle-même plus créative, pour son propre bonheur. La recherche de sa vérité puis de la vérité des autres rend heureux. Pour devenir créatif il faut utiliser sa recherche de vérité. Si on se révolte sans vouloir se développer soi avec les autres, il sera inutile de remplacer des dirigeants pour finalement les remplacer par d’autres rentiers.


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 37977

Site soutenant l'économie de travail... Un ami

     RSS fr RSS1 Réfléchir pour agir

Creative Commons License